Infolettre de septembre : LIRE fait sa rentrée !

Retrouvez nos infos, une sélection de livres pour les plus grands et trois récits-témoignages de lectures partagées avec les familles cet été en BHLM et BDR. Nous publierons d’autres articles issus de ces rencontres, dans les jours qui viennent.

Lien pour accéder à l’intégralité de l’infolettre, avec en page 3 un petit jeu d’observation !

Bonne lecture !

Journée du livre et de l’accès à la lecture avec l’ANPEA à Institut National des Jeunes Aveugles

Le 18 septembre prochain, l’ANPEA (l’Association Nationale des Parents des Enfants Aveugles) organise « Des mots en famille, trouvaille et retrouvailles », une journée festive autour du livre et de l’accès à la lecture à l’INJA (Institut National des Jeunes Aveugles).

L’équipe salariée et bénévole de L.I.R.E proposera des lectures individualisées pour les bébés et les plus grands, avec une sélection d’albums bons à lire, à écouter, mais aussi à toucher, sentir, goûter et surtout partager…

L’équipe de L.I.R.E se réjouit de cette invitation, qui permet de renforcer ses actions de médiation culturelle et de lutte contre les exclusions.

Plus d’info sur l’ANPEA : https://anpea.asso.fr/

Rencontre avec : “ La Bulle d’Air ”

La Bulle d’Air est un Lieu d’Accueil Enfants Parents (un L.A.E.P), qui a ouvert en décembre 2013. Financé conjointement par la Mairie de Paris et la C.A.F, soutenue par la Mairie du 2ème arrondissement, La Bulle d’Air, située dans le 2ème arrondissement est un service de l’association C.A.S.P.

Plusieurs fois par semaine, l’espace accueille le relais d’assistantes maternelles et auxiliaires parentales et c’est dans ce contexte que L.I.R.E intervient depuis 5 ans. Frédéric Boyer, lecteur-formateur vient 1 fois par mois pour lire avec ces professionnelles et les enfants.

Marie-Hélène Kajdan-da Silveira, éducatrice de jeunes enfants responsable du service la Bulle d’Air et Sylvie Colinart, accueillante, sont les référentes du lieu. A l’occasion d’une interview, elles acceptent de partager avec nous leur vision de ce partenariat :

Comment avez vu connu l’association LIRE ? 

Marie .Hélène : Je la connais depuis sa création. Lorsque les premières lectrices sont arrivées en 1999, je travaillais à la PMI Flandres dans le 19ème, et nous avions accueilli l’une d’elles. Ça a tout de suite éveillé ma curiosité et participé à une ouverture sur les livres

Sylvie : Dans le cadre de ma précédente profession d’infirmière psychiatrique, j’ai travaillé en pédopsychiatrie et mené plusieurs projets en utilisant la littérature enfantine. J’ai participé aux séminaires A.C.C.E.S et par la suite j’ai fait le lien sur le terrain avec L.I.R.E à Paris.

Pourquoi avoir fait appel à L.I.R.E sur votre projet à la Bulle d’Air ?

M/H : J’avais eu une bonne expérience par le passé, en 2010, quand L.I.R.E avait participé au dispositif du centre social « La Clairière » pour la formation initiale des auxiliaires parentales sur la lecture. Vous avez une connaissance solide de nos publics d’assistantes maternelles et d’auxiliaires parentales. En plus de l’animation, pour faire apprécier la lecture, vous avez une approche de formateur et puis nous en avons bien sûr discuté ensemble avec Sylvie en amont. 

Qu’est ce que vous appréciez dans notre partenariat ?

M. H : L’approche par la lecture individualisée. Vous apportez de nombreux livres, dont des nouveautés qui vont toucher à la fois les enfants mais aussi les adultes présents. Lors des séances de lectures on s’adapte tous à la situation, on peut laisser les jouets en place par exemple et on passe du temps aussi à observer les réactions des enfants, voir les livres qu’ils vont choisir.

S : Que l’action puisse nourrir les professionnelles présentes pour qu’ensuite elles aient du plaisir à partager des temps de lecture avec les enfants. Ça m’a aussi permis d’aborder des livres différents, les pop-up, les livres d’art… De prendre le temps de bien les regarder avec le lecteur, de pouvoir partager des observations. Travailler ensemble a complété mes connaissances et renforcé mes pratiques avec les livres.

Depuis que le partenariat est en place avez-vous remarqué des évolutions du côté des professionnelles sur la lecture auprès des enfants ?

S : Les professionnelles la plupart du temps acceptent à présent que nous venions leur lire des histoires, juste pour elles. Ce partage elles l’acceptent volontiers. Certaines professionnelles qui peuvent être en difficulté avec la langue française au départ se permettent de plus en plus de toucher les livres, de s’en saisir pour elles et les enfants. Lors des temps de « jeux libres », j’aimerai qu’elles se sentent suffisamment à l’aise pour aller chercher d’elles même des livres quand ils sont rangés sur les étagères. 

Une anecdote ou un évènement marquant pour vous ?  

M.H :  C’est surtout les fois où j’ai vu les professionnelles finir par se regrouper lors d’une séance autour d’un livre qu’elles vont partager entre elles, en jouant, en s’amusant de ce qui est à l’intérieur, ça donne le sentiment qu’il y a quelque chose qui se débloque.

S : J’ai souvenir d’une lecture du livre *« Coucou » de **Lucie Felix avec un enfant pour qui le livre accordéon s’est transformé en une maison symbolique en l’entourant complètement.

* article  »parlons albums : coucou, caché »

**interview « rencontre avec : Lucie Félix »

Et à l’avenir, des projets ?

S :  Nous invitons les déjà les professionnelles après nos séances à choisir un livre qu’elles ont apprécié et à nous dire ce qu’il leur a plu. Ça donne des vignettes écrites que nous accrochons au mur, j’aimerai en avoir plus pour recouvrir entièrement les murs de la Bulle d’Air !

Sinon, j’aimerai reprendre les comités de lecture en bibliothèques auxquels nous participions avant la pandémie. Être entourée d’autres professionnels pour découvrir des albums jeunesses et en discuter ensemble. 

M.H : De mon côté, je vais prochainement quitter la Bulle d’Air pour une autre aventure et là où j’irais il y aura des livres, c’est certain.

Interview réalisée en mai 2021
Frédéric Boyer lecteur-formateur et coordinateur des actions de L.I.R.E

Parlons albums : Le Feu

Le Feu Cécile Roumiguière, Marion Duval, Seuil Jeunese 2021

Cet album est le second d’une série
« Le monde autour de moi » de quatre cartonnés autour des quatre éléments : Le ciel, le feu, la terre et l’eau.

« Parfois, je vois briller le feu ». C’est par cette phrase que débute ce livre accompagné d’une illustration représentant la main d’un enfant éclairée par le rayonnement du feu dont on pourrait presque sentir la chaleur.

Tout en finesse et en poésie, nous découvrons ce que le feu a de magique, de féérique et de puissant. Par un procédé subtil, un lien se fait entre chaque page de gauche et de droite, tant par la narration que par l’illustration. Comme sur cette page où une enfant souffle sur ses bougies qui vacillent en direction de la page d’en face, sur laquelle le mouvement est repris par le vent soufflant sur un arbre dont la couleur rappelle celle du feu. On a ainsi l’impression que le souffle de l’enfant se prolonge jusqu’à atteindre l’arbre comme un lien de cause à effet. Le texte de Cécile Roumiguière est à la fois simple et métaphorique et les illustrations de Marion Duval réalisées à l’aquarelle sont empreintes d’une grande douceur.

Yaël Sané-Cohen, lectrice / formatrice

Parlons albums : Et si ?

Et si ? Chris Haughton, Thierry Magnier

Les trois petits singes aux couleurs improbables et à la bouille expressive ont été (fermement) prévenus : il ne faut pas s’aventurer près des manguiers, les tigres rôdent.

L’interdit, annoncé par un adulte (père ? Mère ? L’histoire ne le précise pas) est parfaitement intégré par les petiots. Ils savent qu’il ne faut PAS y aller. Ils le répètent d’ailleurs à l’envie.
Mais les mangues, c’est tellement bon… Le regard tourné vers le lecteur, ils s’interrogent : et s’ils s’approchaient, juste un peu, ça, ils auraient le droit, n’est-ce pas?

Leurs grands yeux nous feraient presque oublier la mauvaise foi de leur propos !

Guidés par leur gourmandise, les coquins enchaînent les petites transgressions et s’approchent à petits pas des fruits interdits.

Mais les enfants, il faut toujours que ça exagère.

Iraient-ils un peu trop loin ?

Les trois héros en seront quittes pour une belle frayeur. Leur servira-t-elle de leçon ? Rien n’est moins sûr…

Le texte entièrement dialogué convient parfaitement à cette histoire très dynamique où l’humour prend le pas sur la morale, pour le plus grand plaisir des enfants.

Chloé Seguret, lectrice formatrice