Forum des parentalités du 19e arrondissement

L.I.R.E à Paris sera présent à la première édition du Forum des parentalités.

Le 16 mars 2019 de 10h à 18h.

La rencontre « Lire avec mon bébé, il n’y a pas d’âge pour commencer » sera animée par Frédéric BOYER, lecteur-formateur à L.I.R.E à Paris, à la salle d’audience de la mairie du 19e, de 16h à 17h.

BANNIERE TWITTER FORUM PARENTALITES_Plan de travail 1

Programme complet ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 ans… qu’on chante avec des livres !

À la création de L.I.R.E à Paris en 1999, les lectrices (l’équipe était exclusivement féminine) ont eu la chance de bénéficier d’un grand nombre de formations sur la lecture à voix haute, le développement de l’enfant, la littérature jeunesse. Ces formations étaient essentiellement assurées par des membres de l’association ACCES.

Élisabeth Bergeron (institutrice de formation) qui était chargée d’organiser les formations à L.I.R.E à Paris, avait le souci de varier les thématiques. Elle a proposé aux lectrices des rencontres autour du patrimoine oral chanté avec une musicologue. L’objectif était de sortir de la lecture pure et d’expérimenter le chant, la comptine, les jeux de doigts et autres jeux de nourrice. Les lectrices ont alors découvert que le chant a la particularité de faire ressurgir l’enfance de la mère qui accompagne l’enfant, de faciliter la rencontre avec les tout petits, de jeter des ponts interculturels. Lire la suite

La grande richesse d’Ernest et Célestine

Article rédigé par Céline Touchard (lectrice, formatrice à L.I.R.E à Paris) et publié sur le FURET petite enfance & diversité (N° 91-décembre 2018)

La littérature dite « de jeunesse » regorge d’ouvrages où la question de la pauvreté est abordée, de manière frontale ou bien plus détournée. Dans cette grande diversité de traitements et de thématiques, les albums, qui sont souvent perçus par les adultes comme des livres « légers », peuvent sembler épargnés des grandes questions de sociétés. C’est, bien évidemment, faux. De nombreux auteurs-illustrateurs ont, dans les albums, autant que dans les romans, écrit (et dessiné) sur les inégalités, faisant souvent de leurs héros les plus miséreux, des personnages iconiques, résilients et combatifs….

Pour consulter l’article dans son intégralité : article furet

Ernest-et-Celestine-et-nous