Extrait n° 2 du livre « Lire en chantant des albums de comptines »

Le livre de comptines et son utilisation dans la pratique de la médiation du livre à Montréal

P1310278

« Contact, le plaisir des livres » nous amène à participer aux ateliers de stimulation précoce parents-bébés, offerts dans les CLSC de la ville. Bien que la plupart des parents soient heureux de participer à ces ateliers, nous avons pu entendre à quelques reprises des remarques teintées de scepticisme envers ce genre d’atelier. Ces parents s’empressaient de dire qu’ils ne racontaient pas d’histoires à leur bambin, mais leur chantaient souvent des comptines. Nous avons pu remarquer que cette inquiétude, à savoir que leur bébé est trop petit pour les livres, revenait très souvent. Et l’inclinaison « naturelle » des parents à intégrer les comptines dès les premiers moments de la vie de leur enfant a confirmé la pertinence à utiliser les livres de comptines. Nous avons observé que ce type de livres permet à tous de se détendre, favorise l’écoute et crée une ambiance propice à poursuivre avec de petits récits. Il marque une transition entre l’oralité de la comptine et le récit d’une histoire et permet d’intégrer l’objet-livre tout en douceur.

De même, le livre de comptines facilite l’intégration des parents non-francophones. Il s’est avéré que plusieurs parents allophones ou non-francophones pouvaient participer au moment de la lecture en tapant dans les mains ou en fredonnant l’air, même s’ils ne comprenaient pas toutes les paroles. Alors que l’histoire peut les intimider, la comptine les sécurise et les met plus à l’aise avec l’activité, ce qui entraîne alors une détente chez les enfants. Ces mêmes parents sont fiers et émus de voir leur petite merveille taper des mains, gigoter les orteils et sourire avec des étincelles plein les yeux au son de leur comptine favorite. Il n’est pas rare de voir des parents de diverses origines, mais principalement haïtiennes, latino-américaines et maghrébines, soucieux que leurs progénitures s’intègrent le plus possible, nous demander quelles sont les comptines les plus populaires au Québec pour les chantonner une fois à la maison. »

Marie France Genest, Conseillère en ressources documentaires, responsable de Contact, le plaisir des livres, Ville de Montréal, Montréal, Séverine Le Gall Médiatrice-animatrice à Contact, le plaisir des livres, Ville de Montréal, Montréal et Catherine D’Anjou Médiatrice-animatrice à Contact, le plaisir des livres, Ville de Montréal, Montréal

« Lire en chantant des albums de comptines », page 80

Extrait du livre « Lire en chantant des albums de comptines »

Lire et chanter pour parler

Oscar

« Lorsqu’un adulte lit un livre à un enfant, le statut de sa parole s’inverse, et c’est décisif. D’ordinaire, dans la vie quotidienne, l’adulte est celui qui commande, qui dit ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire, c’est sa parole à lui qui organise l’univers et tout le monde doit se conformer à ce qu’il exige. Mais quand il lit une histoire, sa parole devient serve, elle devient tributaire des mots qui sont écrits. Il doit la conformer à ce qui est écrit sous ses yeux. Il y a là un renversement absolu, et ce renversement est décisif pour l’enfant. Il lui prouve en effet que même l’adulte peut avoir une bouche et une parole soumise, une parole qui, comme celle de l’enfant, doit répéter ce qui est proposé comme modèle par un autre. Lire c’est d’abord plier sa voix aux mots d’un autre dont l’écriture a gardé la trace. Pour l’enfant, c’est une expérience décisive que de sentir que l’adulte accepte de se plier à cette soumission sans pour autant s’aliéner ni se perdre. C’est sans doute pour cette raison que l’enfant fait souvent inlassablement répéter une même histoire en exigeant qu’on la redise sans y changer une virgule. C’est aussi à la faveur de cette expérience particulière que l’enfant comprend que l’adulte qui lui lit l’histoire parle, assurément, mais qu’il y a quelqu’un d’autre qui parle par la bouche de cet adulte, et que cet autre-là n’est ni présent ni visible »

Laurent Danon-Boileau, Professeur de linguistique (Université Paris Descartes), psychanalyste (Centre Alfred Binet, Paris 13eme) « Lire en chantant des albums de comptines », page 32

Evènement sortie livre

Présentation du nouveau livre de L.I.R.E à Paris

« Lire en chantant des albums de comptines »

Le vendredi 20 novembre 2015

LE CENQUATRE-PARIS (104 entrée rue d’Aubervilliers) – Atelier 7 à 19h00

Merci de confirmer votre présence : 01.40.09.01.30 – contact@lireaparis.fr

Détails de l’événement  : Invitation 20 novembre

« Lire en chantant des albums de comptines » disponible dès aujourd’hui !

Vous pouvez le commander ici

image couv

Les livres de comptines, albums d’un nouveau genre, induisent le développement de nouvelles pratiques de lectures – lire en chantant – avec les tout-petits dans les bibliothèques, les lieux d’accueil, les PMI…

Les auteurs rendent compte de la complexité et de la richesse des albums de comptines, « premières formes de littérature » et objets hybrides qui rapprochent les générations et les cultures. L’ouvrage fournit des outils théoriques et des exemples de dispositifs et de pratiques pouvant aider à la professionnalisation des personnels de la petite enfance, de la culture et du travail social.

 

Lire la suite

Merci !

Toute l’équipe de L.I.R.E à Paris tenait à vous remercier pour votre participation massive au colloque « Albums de comptines : lire-chanter avec les jeunes enfants », qui s’est tenu à la Médiathèque Marguerite Duras le 18 novembre dernier.

Vous pourrez retrouver le contenu de nos deux derniers colloques dans un livre dont la publication est prévue au printemps prochain.
Nous ne manquerons pas de vous en informer le moment venu.

Merci encore pour vos nombreux et chaleureux retours !

Ce diaporama nécessite JavaScript.