Témoignage de Julia Chausson, auteure-illustratrice

Un livre pour un nourrisson, quelle idée !

On oublie parfois de regarder nos enfants. De voir avec quel appétit ils découvrent et expérimentent le monde. Leur cerveau est un bouillonnement d’interrogations, de suppositions, de comparaisons… En fait, le bébé passe ses journées à lire ce qui l’entoure.

Me revient en tête un beau court métrage de Bruno Podalydès – Voilà – où on voit un père tout neuf, sac au dos, emmener son nourrisson à la découverte du vent, des arbres, de la chaleur du ventre d’une vache, accompagnant la promenade vagabonde avec sa voix chantante.

Lire avec un bébé, c’est l’accompagner dans ses curiosités, c’est ressentir avec lui, s’émerveiller, s’interroger, trembler avec lui.

Ou peut-être est-ce le bébé qui nous donne à voir … autrement !

Un livre, c’est des images et des mots… mais pas que ! Lire la suite

Des nouvelles de la pétition

Chers partenaires et signataires,

Vendredi 11 mars, M. Jomier, adjoint à la mairie de Paris chargé de la santé, du handicap et des relations avec l’AP-HP, a reçu la présidente et la directrice de L.I.R.E à Paris.

M. Jomier a été sourd aux arguments de L.I.R.E à Paris et, pire encore, a affirmé que d’ici deux ans, L.I.R.E à Paris sera remplacé dans toutes les PMI départementales de la ville de Paris par 15 auxiliaires de puériculture en reclassement.
La coupe budgétaire est donc bien réelle et va s’amplifier, ce qui, nous le craignions, conduira à la mort de l’association.
Dans l’immédiat, nous préparons le licenciement de 6 lecteurs sur 14.
Le moral de l’équipe est au plus bas, mais tous vos soutiens et témoignages restent d’une immense importance pour nous.

N’hésitez pas à continuer à faire signer la pétition.
https://www.change.org/p/bernard-jomier-paris-fr-le-livre-pour-l-insertion-et-le-refus-de-l-exclusion-en-danger

Témoignage de l’équipe de la pouponnière Melingue

« Le partenariat entre l’association L.I.R.E. à Paris et la pouponnière MELINGUE[2] s’est mis en place il y a environ quinze ans maintenant.

Nous constatons dès lors de nombreux bénéfices auprès des enfants accueillis.

L’une des spécificités de l’association, la lecture individualisée aux tout- petits, nous semble particulièrement adaptée à notre collectivité.

Nous observons par exemple, dans ce cadre, de tout jeunes enfants –parfois âgés de quelques semaines- réagir aux interventions des deux lectrices de l’association : leurs corps s’animent en signe de contentement, ils peuvent se mettre à babiller. Nous les observons regarder en alternance le visage de la lectrice, les illustrations, chercher du regard leurs auxiliaires parfois… Ces manifestations sont pour nous précieuses car pour certains de ces petits, elles s’inscrivent dans un contexte où l’enfant peut, par ailleurs, montrer des difficultés à entrer en relation et présenter une forme de repli, particulièrement préjudiciable à son bon développement.

Lors de ces premières semaines, cette intervention nous semble particulièrement riche en terme de soutien de leur développement sensori-moteur : écouter (les bébés sont très sensibles au plaisir du rythme), regarder, goûter, sentir aussi parfois… Si le livre permet à l’enfant de découvrir ce qui l’entoure (en « nommant le monde »), il lui permet en premier lieu de se connaître lui-même et de percevoir l’effet de ses premières actions. Sur un plan cognitif, cet aspect nous semble précieux ; le jeune enfant pourra ainsi, progressivement, commencer à appréhender que s’il froisse une page, elle peut se déchirer par exemple. Lire la suite

Témoignage d’une bibliothécaire…

Voici un très beau témoignage de notre partenaire Laura Vallet, bibliothécaire et responsable jeunesse de la bibliothèque Oscar Wilde (20e) :

« Monsieur,
Je tenais à vous envoyer un email pour souligner l’importance de l’association LIRE à Paris pour les familles du XXe arrondissement, et pour leur accès à la culture.

En effet, bibliothécaire à Oscar Wilde, j’ai la chance de travailler en partenariat avec LIRE à Paris depuis 4 ans maintenant. Il existe un riche partenariat entre la bibliothèque Oscar Wilde, LIRE à Paris et des structures de la DFPE : PMI Haxo, Maison de l’enfance, Relais municipal d’Auxiliaires Parentales. Les lectrices de LIRE à Paris interviennent à la fois dans ces lieux et à la bibliothèque lors d’accueil prévus spécialement pour faire découvrir les livres aux tout-petits et aux personnes qui s’occupent d’eux. Sans la présence de LIRE à Paris, nous ne serons pas en mesure de poursuivre ces partenariats. En effet, les lectrices connaissent les familles, créent un lien entre les structures petite enfance et la bibliothèque et permettent à tous, y compris les familles éloignées du livre, de passer la porte de celle-ci. Alors qu’Anne Hidalgo a fait de la lutte contre l’exclusion la « grande cause » de sa mandature et que l’adjointe en charge des solidarités insiste sur le fait que « l’accès à la culture est un facteur de lutte contre l’isolement social », le travail que LIRE à Paris fait à ce niveau est fondamental. Tout comme leur participation, l’été, aux bibliothèques hors les murs.

Ce sont grâce à ces partenariats des dizaines de familles sensibilisées à l’importance du livre pour les tout-petits, des dizaines d’enfants qui ont écouté et regardé des albums, qui ont été inscrits à la bibliothèque, qui souvent des années plus tard empruntent encore des livres.

En partenariat avec LIRE à Paris, les bibliothécaires du 20e arrondissement accomplissent aussi un travail de formation au livre auprès des professionnels des crèches, grâce à un comité de lecture. Sans les connaissances des lectrices de LIRE à Paris sur le rôle du livre dans le développement du tout-petit et sur les livres destinés à cette tranche d’âge, sans leur analyse pertinente des albums, l’existence de ce comité serait compromise.

Avec l’espoir que vous prendrez en compte les conséquences négatives que la baisse de subvention entraine pour l’association comme pour ses partenaires, à la DFPE comme dans les autres directions de la ville.

Cordialement,
Laura Vallet. »