Rencontre avec les éditions des éléphants

Nous organisons régulièrement des comités de lecture, en partenariat avec les bibliothèques parisiennes et à destination des professionnels de la petite enfance.

comité de lecture éditions des éléphants

Ces comités, mis en place par secteurs, sont l’occasion de présenter et de prêter des albums, qui seront ensuite utilisés dans les lieux d’accueil de la petite enfance du quartier.
Les livres sont généralement choisis autour d’un thème, parfois ce sont des nouveautés.
De temps en temps, lors de ces rencontres nous avons la chance d’avoir un invité .

Ce fut le cas le mardi 6 juillet dernier, lors du comité de lecture du 20ème arrondissement, avec les bibliothèques Louise Michel, Marguerite Duras et Assia Djebar, où nous avons eu le plaisir de recevoir les éditions des éléphants.

Née en 2015, cette maison d’édition propose déjà un très beau catalogue, dans lequel grands noms de la littérature jeunesse côtoient de nouveaux talents.

Plusieurs de leurs albums font partie de nos coups de cœur, parmi lesquels Bébé va au marché

Ilona Meyer, fondatrice de la maison et Caroline Drouault, éditrice, accompagnées de leur apprentie Clémence Brunet sont venues nous présenter leur catalogue, mais aussi nous expliquer le fonctionnement de la chaîne du livre et nous montrer différentes étapes de travail qui permettent d’aboutir au livre imprimé.

Chemin de fer du prochain album de May Angeli


Nous avons ainsi appris ce qu’est un chemin de fer (le premier travail qu’un auteur présente à son éditeur, qui montre en crayonné sommaire la succession des différentes pages du futur album) un traceur (que l’imprimeur envoie aux éditeurs à des fins de vérification de mise en page) ou encore les bonnes feuilles (qui permettent de vérifier une dernière fois les couleurs avant l’impression définitive).

L’occasion en somme, pour les professionnels qui étaient présents, de percevoir concrètement une partie du travail préalable à la naissance d’un album.

Bonnes feuilles de l’album La maison bleu

Bien sûr, les éditrices ont également présenté leur ligne éditoriale et leur catalogue, elles nous ont même annoncé en avant première quelques sorties à venir. De très belles choses en perspectives, dont la réédition de l’album « Jour de neige », d’Ezra Jack Keats, que nous attendons avec une grande impatience à LIRE, et qui fera, à n’en pas douter, l’objet d’un parlons albums dès que nous l’aurons.

Les professionnels de la petite enfance ont ensuite pu emprunter les albums afin de les lire aux enfants. Ils nous feront leurs retours sur ces lectures lors d’un prochain comité de lecture à la rentrée.

Encore merci aux éditions des éléphants pour cette belle intervention, généreuse et instructive.

Chloé Seguret
Lectrice-formatrice de L.I.R.E

“Histoires d’hospitalités” le mercredi 31 mars

Mercredi 31 mars prochain, Céline Touchard lectrice/formatrice de LI.R.E, interviendra lors de la Journée d’études « (Ra)conter, lire, transmettre, partager nos langues et nos cultures pour construire une citoyenneté européenne », sur la thématique des rencontres singulières que les lecteurs et lectrices de l’association font avec les parents de jeunes enfants, co-organisée par l’association AFALAC et l’université du Mans.

L’intervention s’appelle « Histoire d’hospitalité : Lire des albums avec les bébés et leurs familles dans les lieux d’accueil de la petite enfance. » et aura lieu de 14h15 à 14h55, sur la plateforme ZOOM.

Pour accéder au programme de la journée : cliquez ici

Pour vous inscrire : c’est par ici

Émission radio « On lutte contre les discriminations »

Le 16 novembre 2019, le studio mobile de Radio RapTz s’est installé dans la Rue aux Enfants, piloté par le Centre Social Rosa Parks et différentes associations du 18ème  et du 19ème

Ce fut l’occasion de parler des luttes contre les discriminations !

Plusieurs habitants du quartier et acteurs du territoire ont eu l’occasion de s’exprimer sur ce thème lors d’une émission radio. Céline Touchard, lectrice/formatrice de LIRE, en a profité pour présenter 2 albums  qui évoquent les différences (vous pouvez l’entendre à partir de la 25ème minute de l’émission) 

Quatre petits coins de rien du tout – Jérôme Ruillier
Editions Bilboquet

Rue des quatre – vents « au fil des migrations » – Jessie Magana et Magali Attiogbé
Les éditions des éléphants

Retours du Salon du Livre… la suite

Table ronde : L’album jeunesse dans la construction de soi

Que l’on soit enfant ou parent, jeune ou adulte, l’album jeunesse a une place fondamentale dans notre construction, dans notre rapport au monde et dans le rapport à soi. Comment le livre jeunesse permet-il cette (re)découverte permanente de soi, et comment les institutions s’en emparent-elles ?

Avec Marie Adrian, chargée des projets intergénérationnels à la médiathèque de Tourcoing, Claire Maffeo, responsable du secteur livre et lecture petite enfance au département du Val-de-Marne et Dominique Rateau, Agence Quand les livres relient. Modération : Hélène Legendre, bibliothécaire et membre de la commission Legothèque de l’ABF. Une proposition du ministère de la Culture.

La salle de « la scène littéraire » du salon du livre était pleine à craquer ! Ce sujet a interpelé beaucoup de professionnels du livre, ils sont venus nombreux pour écouter cette table ronde. Voici quelques paroles échangées ce jour-là :

P1000336

Dominique Rateau a tenu à rappeler que l’album est un formidable support d’émancipation, un support d’hospitalité, de lien avec l’entourage, de transmission culturelle et d’espace de socialisation.

[…]Lire c’est un accès à l’imaginaire, à la pensée et à la psyché. Elle nous met en garde sur l’album vu comme un objet thérapeutique, souvent on quitte alors le chant de la littérature.

[…]Les bébés , avant même de posséder les premiers mots articulés, sont des formidables lecteurs de tous les signes […]Lorsque nous les adultes nous lisons avec les plus jeunes, nous ne les « transformons pas en lecteurs », nous les accompagnons dans le développement de leur « être lecteur »

Elle conclut en insistant sur le fait que l’album jeunesse est un genre littéraire à part entière qui n’est pas réservé aux enfants seulement.

Chacune des participantes de cette table ronde a partagé avec nous des albums jeunesse qui résonnent en elle :

Marie Adrian :
« Petit Tom et la tata qui pique » de Didier lévy chez Oskar jeunesse

Claire Maffeo :
« Mon grand album de bébé »  Christian Bruel et Anne Galand chez Le sourire qui mord
«  Les choses qui s’en vont » de Béatrice Alemagna chez Hélium
«  Rouge » de Michel Galvin chez Les éditions du Rouergue

Dominique Rateau :
«  Quand papa était loin » de Maurice Sendak à l’Ecole des loisirs
«  Trois chats » d’Anne Brouillard aux éditions du Seuil

Hélène Legendre :
«  Comme un million de papillons noirs » Laura Nsafou aux éditions Cambourakis

RETOURS DU SALON DU LIVRE JEUNESSE DE MONTREUIL 2019

Nous vous proposons tout au long de la semaine
de partager notre passage sur le salon du livre

De retour de la journée professionnelle organisée au salon du Livre jeunesse, l’équipe de lecteurs-formateurs L.I.R.E a pu constater qu’elle défendait des convictions communes avec de nombreux professionnels du livre et de la petite enfance rencontrés ce jour là.

L’album jeunesse est pour l’ensemble de l’équipe de L.I.R.E un objet de transmission culturelle. Il occupe une place fondamentale dans la construction de soi et de son rapport au monde dans toute sa diversité.

Pour reprendre les propos de Dominique Rateau, lors de son intervention à la table ronde – L’album jeunesse dans la construction de soi –

« … Lire est un accès à l’imaginaire, à la pensée, à la psyché. ».

Nous savons aussi que cette construction de soi, cette ouverture au monde, est possible pour le jeune enfant grâce à la médiation d’un adulte qui partage avec lui cet instant de lecture. Notre travail est celui de la transmission et de la médiation. Nous nous posons à chaque instant cette question : comment rendre accessible le livre aux adultes, aux enfants, et particulièrement à ceux qui n’ont pas la chance de rencontrer cet objet dans leur quotidien ? Et ainsi rendre accessible à tous le réseau de lecture publique.

L’accès aux livres et l’ouverture culturelle sont les préoccupations de nombreux acteurs du livre (comme à la Réunion) où pour permettre l’arrivée du livre dans certaine famille, une mobilisation sur l’ensemble du territoire est pensée avec «  Liv’la Kaz  » . Car lire permet de remettre du lien entre les générations, du lien avec sa culture et du lien pour s’ouvrir à d’autres. Pour les éditeurs de la Réunion comme  » Zebulon éditions  » :

« Le livre est important dans la vie d’un Homme et notre rôle est de le défendre dès le plus jeune âge ».
Tous ont un désir d’ouverture, de « passez le livre [réunionnais] par delà la mer ».

D’autres, comme Cécile Murcier, directrice de la collection « A Petit Petons  » chez Didier jeunesse, proposent cette ouverture culturelle en glanant des contes traditionnels de tout horizon. Pour chaque acteur du livre, ce travail de médiation consiste à créer du lien entre le livre et son public. Il est au cœur de nos actions.

Puis, aux détours de l’exposition « L’éloge de la lenteur « , nous avons pris le temps de découvrir (ou redécouvrir) les univers poétiques d’illustrateurs comme Antoine Guillopé, Emma Giuliani, Natali Fortier et Katrin Stangl . Chacun, à leur manière, nous offre leur lecture du monde à travers la projection grand format de leur réalisation. Puis d’écouter Anne Herbauts nous questionner sur notre rapport au temps, d’échanger sur sa représentation de l’album jeunesse dont elle nous parle comme d’un jardin à travers lequel nous pouvons atteindre des niveaux d’arborescence sans fin, comme d’une lecture à l’infini de notre monde…