Retours du Salon du Livre… la suite

Table ronde : L’album jeunesse dans la construction de soi

Que l’on soit enfant ou parent, jeune ou adulte, l’album jeunesse a une place fondamentale dans notre construction, dans notre rapport au monde et dans le rapport à soi. Comment le livre jeunesse permet-il cette (re)découverte permanente de soi, et comment les institutions s’en emparent-elles ?

Avec Marie Adrian, chargée des projets intergénérationnels à la médiathèque de Tourcoing, Claire Maffeo, responsable du secteur livre et lecture petite enfance au département du Val-de-Marne et Dominique Rateau, Agence Quand les livres relient. Modération : Hélène Legendre, bibliothécaire et membre de la commission Legothèque de l’ABF. Une proposition du ministère de la Culture.

La salle de « la scène littéraire » du salon du livre était pleine à craquer ! Ce sujet a interpelé beaucoup de professionnels du livre, ils sont venus nombreux pour écouter cette table ronde. Voici quelques paroles échangées ce jour-là :

P1000336

Dominique Rateau a tenu à rappeler que l’album est un formidable support d’émancipation, un support d’hospitalité, de lien avec l’entourage, de transmission culturelle et d’espace de socialisation.

[…]Lire c’est un accès à l’imaginaire, à la pensée et à la psyché. Elle nous met en garde sur l’album vu comme un objet thérapeutique, souvent on quitte alors le chant de la littérature.

[…]Les bébés , avant même de posséder les premiers mots articulés, sont des formidables lecteurs de tous les signes […]Lorsque nous les adultes nous lisons avec les plus jeunes, nous ne les « transformons pas en lecteurs », nous les accompagnons dans le développement de leur « être lecteur »

Elle conclut en insistant sur le fait que l’album jeunesse est un genre littéraire à part entière qui n’est pas réservé aux enfants seulement.

Chacune des participantes de cette table ronde a partagé avec nous des albums jeunesse qui résonnent en elle :

Marie Adrian :
« Petit Tom et la tata qui pique » de Didier lévy chez Oskar jeunesse

Claire Maffeo :
« Mon grand album de bébé »  Christian Bruel et Anne Galand chez Le sourire qui mord
«  Les choses qui s’en vont » de Béatrice Alemagna chez Hélium
«  Rouge » de Michel Galvin chez Les éditions du Rouergue

Dominique Rateau :
«  Quand papa était loin » de Maurice Sendak à l’Ecole des loisirs
«  Trois chats » d’Anne Brouillard aux éditions du Seuil

Hélène Legendre :
«  Comme un million de papillons noirs » Laura Nsafou aux éditions Cambourakis

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s